INVESTIGADORES
KREIMER pablo Rafael
artículos
Título:
“Développement des connaissances, besoins sociaux et innovation : un chemin difficile. La maladie de Chagas en Amérique latine”
Autor/es:
TEMRI, LEÏLA Y KREIMER, PABLO
Revista:
INNOVATIONS (PARIS)
Editorial:
L'Harmattan
Referencias:
Lugar: Paris; Año: 2007 vol. 2007 p. 111 - 111
ISSN:
1267-4982
Resumen:
La performance d’une industrie est analysée avant tout en termes économiques.L’innovation y est alors considérée comme un facteur de performanceincontournable. Pourtant, le rôle économique de l’innovation ne peut êtredissocié de son rôle social. Mais la performance économique est parfoisdéconnectée de l’utilité sociale. L’exemple de la maladie de Chagas en AmériqueLatine, dans le secteur médico-pharmaceutique, illustre ainsi commentune recherche fondamentale considérée comme très « performante » ne setraduit pas par l’utilité sociale qui la légitime en partie, en raison, entreautres, du peu d’intérêt économique qu’elle représente pour une industriepharmaceutique par ailleurs très performante économiquement.La maladie de Chagas, ou trypanosomiase américaine, est considéréecomme la première pathologie endémique de l’Amérique Latine (WHO,1991). Elle affecte 15 à 20 millions de personnes depuis le Mexique, auNord, jusqu’à la Patagonie, au Sud, et pour 10 à 20 % d’entre elles, la maladieest susceptible d’évoluer vers un stade chronique fatal, plusieurs années après l’infection.Or, malgré cette recherche fondamentale couronnée de succès, aucunnouveau médicament n’a été produit depuis les années 1980. Et les médicamentsdisponibles actuellement posent un grand nombre de problèmes. Parconséquent, nous nous demandons pourquoi cet ensemble considérable deconnaissances prestigieuses, produites dans le contexte « académique », n’apas été transféré au secteur industriel et/ou incorporé dans un ensemble denouveaux médicaments, en nous intéressant aux différentes catégoriesd’acteurs participant au processus d’innovation dans le domaine médical.Nous nous focalisons principalement sur la recherche « académique », d’unepart, les entreprises pharmaceutiques d’autre part, et cherchons à comprendrela logique qui les anime. Nous considérons la production de connaissancesnon comme un processus linéaire débutant par la recherche fondamentalepour aboutir à une innovation, mais comme le résultat d’un processus hautementinteractif dans lequel non seulement les chercheurs, mais égalementles autres acteurs sociaux interviennent.