INVESTIGADORES
KREIMER pablo Rafael
artículos
Título:
LA RECHERCHE EN ARGENTINE : ENTRE ISOLEMENT ET DEPENDANCE
Autor/es:
PABLO KREIMER
Revista:
Cahiers de la recherche sur l'éducation et les savoirs
Editorial:
Institut de recherche pour le développement (IRD)
Referencias:
Lugar: Paris; Año: 2010 p. 115 - 115
ISSN:
1635-3544
Resumen:
Cet article cherche à rendre compte d’une tendance émergente que nous avons nommée “la nouvelle division internationale du travail scientifique” (Kreimer, 2006). Dans la première partie, nous allons présenter un résumé historique de l’internationalisation des sciences en Amérique Latine, dans le but de montrer que, depuis le dernier quart du XXème siècle, nous sommes face à une nouvelle configuration : si, jusqu’alors, les rapports entre chercheurs du “centre” et ceux de la  “périphérie” laissaient à ces derniers une petite marge de manœuvre ; désormais, ils ont pris la forme d’un “contrat fermé” du type “à prendre ou à laisser”. Ainsi, les chercheurs d’élite des pays ‘non hégémoniques’ sont de plus en plus invités à faire partie des consortia internationaux, mais les conditions d’accès sont de plus en plus strictes et les marges de négociation restreintes tendent à zéro. Pour illustrer cette configuration, nous allons présenter trois cas différents de l’Argentine : la recherche sur l’environnement dans la Patagonie, la recherche en biologie moléculaire sur la maladie de Chagas, et la physique du plasma à l’Université du Centre de la Province de Buenos Aires. L’Argentine est un bon exemple du problème considéré, dans la mesure où elle compte (comme le Brésil et le Mexique) une élite scientifique qui a des liens très forts avec les programmes de recherche de l’Europe et des États-Unis. En outre, les sujets choisis sont à la fois des sujets “de pointe” dans la science internationale et permettent aussi de mettre en lumière les usages locaux des connaissances.