INVESTIGADORES
MONTERO Ana Soledad
capítulos de libros
Título:
Mémoire, droits de l´homme et résolution de l´héritage autoritaire en Argentine (2003-2007)
Autor/es:
MONTERO, ANA SOLEDAD
Libro:
Fourtané, N. et Guiraud, M. (Dir): Les réélaborations de la mémoire dans le monde luso- hispanophone
Editorial:
Presses Universitaires de Nancy
Referencias:
Lugar: Nancy; Año: 2008; p. 376 - 396
Resumen:
Le but de cet article est de décrire et analyser les « politiques de la mémoire » entreprises par l´ancien président argentin, N. Kirchner (2003- 2006), et par extension par le Pouvoir Exécutif National, en ce qui concerne la question des droits humains et l´élaboration de la dernière Dictature Militaire (1976- 1983). Il est connu qu´en Argentine, en mars 1976 un gouvernement militaire a pris le pouvoir politique, visant à imposer des changements d´ordre économique, politique, social et culturel d´énorme envergure. Il y est arrivé par le biais de la suspension de l ´Etat de Droit et par l´exercice systématique de la répression, au moyen de techniques criminelles et illégales, telles que la disparition de personnes.   Dès la « transition démocratique », en 1983, plusieurs mesures ont été mises en œuvre par l´Etat National pour réparer les dégâts des violations des droits humains et pour « résoudre » le passé, les Mères de Plaza de Mayo et les organismes de droits humains ayant joué un rôle centrale. Dans ce travail nous proposons de parcourir brièvement les principales dispositions gouvernementales visant à résoudre la question militaire, tels que les procès de 1984 (le «Juicio a las Juntas Militares») et les « Lois du Pardon » (remises de peine) des années ´90, pour nous consacrer spécialement à la gestion de l´actuel Président, dont le programme de gouvernement accorde une place prioritaire aux politiques de la mémoire et aux droits humains (cfr. l´annulation des « Lois du Pardon » , la création du Musée de la Mémoire et la réactivation des procès judiciaires). Finalement, nous voudrions présenter quelques points de débat théorique concernant les principales problématiques que la résolution du passé impose –notamment le rôle de l´autorité présidentielle par rapport à l´ Etat de Droit et à la pluralité démocratique- et postuler les défis de la démocratie argentine pour atteindre sa définitive consolidation et pour élaborer l´héritage autoritaire.
rds']