IDACOR   23984
INSTITUTO DE ANTROPOLOGIA DE CORDOBA
Unidad Ejecutora - UE
congresos y reuniones científicas
Título:
Le vent qui sèche les chèvres. Quelques réflexions comparatives autour de la cuisine, la nourriture et le climat depuis les Andes méridionales.
Autor/es:
PAZZARELLI, FRANCISCO; MARCONETTO, BERNARDA; BUSSI, MARIANO
Lugar:
París
Reunión:
Congreso; L?alimentation et le temps qu?il fait - Colloque Interdisciplinaire; 2014
Institución organizadora:
Université Paris-Sorbonne / Goethe-Institut
Resumen:
Durant l´été, toutes les eaux se répandent à Huachichocana. Et celles-ci ne coulent pas seulement en forme des pluies ou d` orages, mais aussi en forme de lait que les chèvres et les brebis convoitent aux humains pour faire leurs fromages. Tout coule en quantité pendant l´été. Cependant, l´abondance de fromages ne durera pas beaucoup, donc avec l´automne se terminent les pluies et les vents arrivent? et les vents sèchent les chèvres, qui restent alors sans lait. L´annonce de la fin des pluies peut aussi s´écouter dans les fourneaux des cuisines, à l´intérieur des mêmes maisons où le fromage est produit: le feu qui crépite fort et sans cesse est le signe annonciateur de la fin des pluies. L´exemple antérieur provient de Huachichocana, une petite communauté située dans les Andes en la province de Jujuy, au nord-ouest de l´Argentine. Il nous permet d´ouvrir la discussion vers une étude comparative des relations entre ce que nous définirions comme des domaines séparés; la cuisine et le climat. Comme autant d´ethnographies et d´analyses ont démontré, les cuisines andines ont des connexions étroites avec d´autres mondes et ses transformations permettent de fabriquer et d´altérer les concepts dont la vie quotidienne se nourrit (quelque chose que les analyses lévistraussiennes et l´actuel post-estructuralisme ont su montrer avec excellence pour les basses terres de l´Amérique du Sud). Mais si la nourriture et la transformation des ressources dans les cuisines habilitent différents types de relations entre des humains et aussi entre les non-humains, qu´en est-il avec les dénommés "phénomènes climatiques"? Quelle classe particulière d´ "êtres" constituent ces phénomènes à l´intérieur de l´univers andin et quelles sont les relations spécifiques qui s´établissent avec le monde de la cuisine et de l´alimentation? Ce travail essaie d´enrichir ce débat, à partir de l´analyse de différentes situations ethnographiques parmi des communautés paysannes et indigènes du nord de l´Argentine (Catamarca et Jujuy), en plaçant l´axe dans la relation climat - cuisine - nourriture.
rds']